Tempura : L’art de la friture légère à la japonaise

Tempura
0 Comments| 07:19

L’histoire du tempura

Le tempura a été introduit au Japon à l’époque de l’arrivée des missionnaires portugais, aux XVIe et XVIIe siècles. À l’origine, cette technique de friture utilisait de la farine de blé pour enrober les aliments avant d’être plongés dans l’huile chaude. Au fil du temps, les Japonais ont adapté cette méthode en utilisant une pâte à base de farine de blé et d’eau glacée, ce qui permettait d’obtenir une friture légère et croustillante, sans excès de gras.

Les ingrédients essentiels du tempura

La réussite d’un tempura repose sur le choix des ingrédients. Les légumes sont les plus couramment utilisés, tels que les courgettes, les aubergines, les carottes, les oignons ou les champignons. Les fruits de mer, comme les crevettes, les calamars ou les poissons, sont également très appréciés. La pâte à tempura est quant à elle composée principalement de farine de blé, d’eau glacée et d’un peu de sel. Certains ajoutent également de la levure chimique pour une texture plus légère.

La préparation du tempura

Pour préparer un tempura, il faut commencer par détailler les légumes ou les fruits de mer en morceaux de taille adaptée à la dégustation. Ensuite, il faut préparer la pâte à tempura en mélangeant la farine, l’eau glacée et le sel dans un bol jusqu’à obtention d’une consistance lisse. Il est important de ne pas mélanger trop longtemps pour éviter de développer le gluten de la farine, ce qui rendrait la pâte lourde. Ensuite, il suffit de plonger les morceaux d’aliments dans la pâte à tempura et de les faire frire dans de l’huile chaude pendant quelques minutes, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

La cuisson du tempura

La cuisson du tempura est un véritable art. Pour obtenir une texture légère et croustillante, il est essentiel de respecter quelques règles. Tout d’abord, l’huile de friture doit être maintenue à une température constante, généralement autour de 170-180°C. Ensuite, il ne faut pas surcharger le panier ou la poêle afin de permettre une cuisson homogène. Les morceaux d’aliments doivent être plongés rapidement dans l’huile chaude et être retournés une fois pour assurer une cuisson uniforme. Il est recommandé de s’armer d’une écumoire pour retirer les tempuras de l’huile et de les déposer sur du papier absorbant afin d’éliminer l’excès de gras.

La dégustation du tempura

Le tempura se déguste souvent accompagné d’un bol de riz chaud et d’une sauce, généralement à base de dashi (bouillon japonais), de sauce soja et de mirin (saké doux). Chaque bouchée de tempura doit être savourée immédiatement, pour profiter de sa texture délicate et croustillante. La légèreté du tempura permet de préserver le goût original des aliments, tout en apportant une texture et un visuel irrésistibles. La dégustation du tempura fait appel à tous les sens, de la vue à l’ouïe en passant par l’odorat et le goût, pour une expérience gustative unique.

L’art du tempura

Le tempura va bien au-delà d’une simple technique culinaire, il symbolise l’esthétique japonaise à travers le mariage subtil du goût, de la texture et de la présentation. En effet, la préparation et la dégustation du tempura sont marquées par une certaine mise en scène, où chaque détail compte. Le choix des ingrédients, le découpage harmonieux, la texture légère et croustillante, jusqu’à la sauce de trempage, tout contribue à rendre le tempura à la fois délicieux et visuellement attrayant. Cet art culinaire japonais est reconnu comme un patrimoine culturel immatériel par l’UNESCO depuis 2012.

Les variations de tempura

Bien que le tempura traditionnel soit principalement à base de légumes et de fruits de mer, il existe aujourd’hui de nombreuses variations de cette friture légère. Certains restaurants proposent des tempuras sucrés, où des fruits tels que les pommes ou les bananes sont enrobés de pâte à tempura et servis avec une sauce au chocolat. D’autres préparent des tempuras plus élaborés avec des ingrédients inattendus, tels que des fleurs comestibles ou des feuilles d’érable. Ces variations témoignent de la créativité des chefs japonais et de leur capacité à réinventer les classiques.